Publié le

Qu’est-ce que l’anxiété sociale ?

L’anxiété sociale

L’anxiété sociale, comme tous les troubles anxieux, subjugue votre corps, vous éloigne de certaines activités et vous isole du monde extérieur. Ce trouble psychologique qui apparaît suite à certains facteurs peut aussi être soigné par diverses méthodes.

Définition de l’anxiété sociale

L’anxiété sociale, loin d’être une simple gêne ou de la timidité, est une maladie qui naît de la crainte d’être humilié, jugé ou méprisé pendant des échanges ou événements sociaux où le sujet est mis au-devant de la scène. Elle peut apparaître à l‘occasion d’un discours, de la présentation d’une thèse ou d’un rapport, pendant un entretien d’embauche ou une nouvelle rencontre.

Les causes

Les causes de l’anxiété sociale se trouvent dans différents facteurs, des situations banales, mais handicapantes pour le sujet qui redoute le jugement négatif, la moquerie du public, d’être ridicule aux yeux de tous. Cette peur peut être causée par l’idée d’échanger avec son patron ou une autorité quelconque.

Certains éprouvent cette phobie lorsqu’ils doivent se retrouver en groupe (entre camarades ou collègues) pour une activité ou des divertissements. Il peut aussi arriver de l’éprouver lorsqu’on doit s’entretenir avec un inconnu ou être au centre d’un évènement en rapport avec les autres.

Dans ces différents cas, la personne démontre des symptômes qui aggravent son malaise.

Les symptômes

La personne en proie à l’anxiété sociale souffre de palpitations et de douleurs thoraciques. Elle présente des signes de rougissements, de tremblements des membres et de la voix.

Le sujet éprouve également des sensations de chaud ou de froid et une crise d’angoisse dans les cas graves qui le conduit à renoncer à ses activités, à éviter le contact avec les autres ou à prendre des repas hors de la maison. Cette peur affecte les relations au quotidien, paralysant l’activité professionnelle ou scolaire.

Lorsque ces signes apparaissent et persistent, il est recommandé de se faire diagnostiquer par un spécialiste pour ne pas demeurer dans cette souffrance.

Les traitements

Le traitement et la guérison de l’anxiété sociale consistent d’abord pour le malade à croire qu’il peut en être guéri et à le vouloir en sollicitant l’intervention d’un psychologue ou d’un psychiatre.

Le spécialiste examinera la personne pour poser ou confirmer un diagnostic afin de proposer une thérapie ou un traitement adapté la situation. Les séances de psychothérapie proposées par les professionnels en troubles anxieux comprennent les thérapies cognitivo-comportementales comme la thérapie d’exposition ou celle d’affirmation de soi. Ces approches visent à influencer les pensées, les croyances et les comportements anxieux de la personne afin qu’elle développe des pensées et attitudes adaptées à chaque circonstance.

Les experts peuvent également prescrire les médicaments contre l’anxiété, notamment les antidépresseurs et les anxiolytiques. Hormis ces solutions, le sujet peut intégrer un groupe de parole composé d’autres personnes atteintes des mêmes troubles afin de partager leur vécu et s’habituer aux échanges en public pour dominer leurs peurs.

Des complications peuvent toucher l’état de la personne souffrant de l’anxiété sociale si le mal est négligé ou ignoré. Des conseils avisés permettent néanmoins de prévenir cette maladie. Ne tardez pas à agir dès que vous constatez les symptômes de cette anxiété. Mettez en pratique les recommandations d’expert pour maintenir une bonne santé mentale afin de vous imposer des habitudes de vie positives. L’adoption de ces comportements vous permettra de rejeter les facteurs qui aggravent ou qui maintiennent votre peur.

Les personnes à risque

Certains sujets sont considérés comme des personnes à risque ou prédisposées à la psychose sociale.

Comme origine, il y a l’hérédité qui conduit une personne à manifester au sextuple le mal lorsqu’un parent au premier degré a subi cette pathologie.

Il y a également les traumatismes qui peuvent être la cause de cette angoisse. La victime d’un traumatisme ou d’une maltraitance est fortement exposée à ce mal.