Publié le

Cheveux blancs : les plantes qui ralentissent leur apparition

Des remèdes naturels permettent de réduire l’apparition de cheveux blancs ou de les masquer lorsque vous les avez déjà. Ce sont en général des remèdes de grand-mère que vous pouvez adapter selon la couleur naturelle de vos cheveux.

Feuilles de curry ou de sauge

Les feuilles de curry riches en antioxydant ralentissent l’apparition de cheveux blancs et normalisent le pH naturel du cuir chevelu. Pour son usage, faites bouillir à l‘eau les feuilles dans une casserole, puis filtrez l’infusion pour l’appliquer sur vos cheveux deux à trois fois par semaine.

La sauge est couramment utilisée contre l’apparition prématurée des cheveux blancs grâce à ses propriétés composées de nutriments et d’antioxydants qui luttent efficacement contre le vieillissement, dont celui des cheveux. Son mode d’emploi est pareil à celui des feuilles de curry infusées.

Thé noir

Le thé noir contient un fort taux d’antioxydants, de vitamines et de minéraux qui favorisent un meilleur état des cheveux. Pour profiter de ses vertus, faites bouillir deux tasses du produit en y ajoutant du sel au stade de l’ébullition. Une fois le contenu refroidi, appliquez-le sur le cuir chevelu en laissant agir pendant une demi-heure. Répétez l’opération tous les deux jours en y ajoutant du jus de citron pour un résultat encore plus satisfaisant.

Oignon

L’oignon contient des antimycotiques qui permettent d’éliminer les cellules mortes et les pellicules. Cela améliore l’oxygénation et une meilleure croissance des cheveux. Pour son application, frottez l’oignon sur le cuir chevelu pour en extraire le jus, puis laissez le produit faire ses effets pendant une trentaine de minutes avant de passer au rinçage. Pour éliminer l’odeur, ne lésinez pas sur le shampoing.

Appliquez ce remède trois fois par semaine pour réduire drastiquement l’apparition de cheveux blancs.

Avocat

L’avocat ralentit la cadence d’une chevelure en phase de blanchir, grâce à ses composants (vitamine E, acides gras et minéraux). Pour bénéficier de ses bienfaits, faites passer sur votre cuir chevelu la chair en purée du fruit mûr, puis attendez trente minutes pour rincer vos cheveux. Poursuivez le traitement trois fois par semaine.

Café

Le café est très efficace contre le blanchiment de la chevelure. Sa concentration en antioxydants et en pigments naturels fait chuter les peaux mortes et les pellicules tout en tonifiant les fibres capillaires. Faites passer sur tout votre cuir chevelu une préparation de deux tasses de café que vous laisserez agir pendant 30 minutes pour ensuite procéder au rinçage. Pratiquez cette solution trois par semaine.

Feuilles de noyer

Les feuilles de noyer infusées permettent de masquer et de colorer les cheveux bruns. Cette solution colore toute votre chevelure y compris les cheveux blancs. Pour obtenir le remède, faites bouillir deux poignées de feuilles de noyer séchées dans de l’eau durant une quinzaine de minutes. Filtrez le liquide une fois refroidi, puis versez le jus obtenu sur toute votre chevelure en veillant à mouiller tous vos cheveux. Faites le rinçage après vingt minutes. Renouvelez la pratique une fois par semaine.

Sulfate de fer pour garder l’éclat et la couleur des cheveux

Le sulfate de fer permet de préserver l’aspect naturel de vos cheveux. Pour l’emploi, il suffit de mixer quatre grammes de sulfate de fer avec un quart de litre de vin rouge. Puis, faites passer dans vos cheveux le peigne trempé à plusieurs reprises dans le produit obtenu. Appliquez cette recette chaque matin en repassant le peigne par intervalle de dix minutes.

Hormis ces remèdes, vous devez privilégier certains aliments qui ont un impact positif sur les follicules pileux. Consommez régulièrement du foie, des fruits de mer, des fruits à coque, du chocolat noir ou des légumes secs

Publié le

10 solutions naturelles contre l’eczéma

L’eczéma est une affection cutanée dont les signes sont entre autres la rougeur et les vésicules causant des croûtes, la peau sèche, du prurit et des démangeaisons. La médecine naturelle propose des solutions pour remédier à ce mal mieux que les médicaments, certes efficaces, mais avec souvent de nombreux effets secondaires.

Huile de nigelle

L’huile de nigelle végétale est un anti-inflammatoire puissant pour la peau, en particulier pour les peaux sensibles. Ses propriétés anti-infectieuses et antioxydantes permettent à votre peau de se régénérer. Il suffit d’appliquer quelques gouttes matin et soir en massant la peau pour voir ses effets sur l’eczéma. Cette huile naturelle est aussi utilisée pour les cheveux.

Huile de coco

L’huile de coco est cicatrisante, antifongique, antimicrobienne et hydratante, des propriétés qui peuvent lutter efficacement contre les boutons, les taches, les dartres et autres maladies de la peau. Il est conseillé d’opter pour la première pression à froid bio que vous appliquez plusieurs fois par jour sur votre peau humide. Évitez de frotter l’huile qui va pénétrer tout doucement dans votre peau exposée à l’air libre

Huile d’amande douce

L’huile d’amande douce, hydratante et adoucissante, est utilisée pour soulager les démangeaisons causées par l’eczéma. Sa forte teneur en acides gras essentiels et en vitamine E, ainsi que ses vertus anti-inflammatoires et sédatives en font un puissant remède contre ce mal. Vous pouvez l’appliquer en alternance avec d’autres huiles végétales chaque jour sur votre peau humide.

Sauge

La sauge contient des propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et cicatrisantes qui permettent de traiter les picotements de la peau causés par l’eczéma. Pour l’utiliser, faites infuser ses feuilles et mettez la substance obtenue sur le visage en vous servant d’une compresse.

Aloe Vera 

Très hydratant, l’aloe vera possède toutes les vertus pour combattre les maladies de la peau. Cette plante très thérapeutique soulage les irritations cutanées, facilite la réparation et la cicatrisation de la peau en régulant son pH. Vous l’appliquez de nombreuses fois sur la peau que vous massez doucement. Conservez-la au réfrigérateur.

Vinaigre de cidre

Le vinaigre de cidre permet de réguler le pH de la peau et de traiter efficacement les irritations et démangeaisons cutanées. Pour l’appliquer, faites le mélange d’un quart du vinaigre avec trois quarts d’eau. Puis utilisez une compresse pour étaler le produit sur les parties touchées de la peau.

Miel

Le miel est un produit multiusage ayant des propriétés cicatrisantes, nourrissantes antiseptiques, anti-inflammatoires et antibactériennes. Vous pouvez l’employer en masque à appliquer seul ou combiné avec une huile végétale ou essentielle. Après avoir placé le masque, attendez vingt minutes et rincez avec beaucoup d’eau.

Huile d’olive

L’huile d’olive a une forte concentration en acides gras essentiels et en vitamines liposolubles, des composants qui assouplissent votre peau irritée par les plaques et qui soulagent les démangeaisons. Appliquez-la directement sur votre peau ou mélangez-la à un bain chaud.

Huile essentielle de lavande aspic 

Cette huile essentielle est utilisée contre les affections de la peau. Ses vertus apaisantes, cicatrisantes et antibactériennes permettent de traiter les démangeaisons. Son application se fait directement au doigt ou en la mixant avec une huile végétale que vous utilisez deux fois par jour jusqu’à faire disparaitre le mal.

Bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude est hydratant et exfoliant, efficace contre les pathologies de la peau. Il assouplit la peau et soulage les irritations. Vous pouvez l’employer avec de l’eau pour obtenir une pâte que vous appliquez sur votre peau pendant une vingtaine de minutes avant de bien rincer.

Publié le

Dépression saisonnière : 6 astuces pour la dépasser

La dépression saisonnière apparait en automne ou en hiver au moment où les journées durent moins longtemps et que la lumière naturelle est moins brillante. Ce temps de grisaille et mélancolique créé par la faiblesse de la luminosité du jour rend le corps amorphe et met un peu le moral en berne. Heureusement qu’il existe des astuces pour se défaire de cette atmosphère.

Optez pour la luminothérapie

La luminothérapie est la première démarche à réaliser lorsque les sentiments de dépression commencent à naitre en vous. La séance qui dure une demi-heure par jour peut vous permettre de retrouver un peu de vigueur et de repousser la mélancolie. N’hésitez pas à allumer votre lampe le matin pendant que vous prenez votre café. Vous pouvez aussi utiliser une lampe-réveil simulant l’aube pour un réveil en douceur.

Mangez sainement et faites des activités physiques

Les bonnes habitudes alimentaires et les efforts physiques sont délaissés quand le temps devient morose. N’hésitez pas durant cette période à consommer un peu de tout, sans trop exagérer pour éviter de vous sentir lourd et fatigué. Variez vos repas et ne vous abstenez pas de friandises ou de mets qui peuvent vous faire plaisir.

Il faut également boire régulièrement de l’eau pour vous hydrater. En temps de fraicheur, on a tendance à ne pas boire suffisamment, d’où une carence en eau de l’organisme pouvant conduire à une déshydratation ayant pour effet notamment la mauvaise humeur. Prenez également du thé et des tisanes pour accompagner votre hydratation, ainsi que de la vitamine D si cela est nécessaire (œufs, poissons gras, truite arc-en-ciel, lait non sucré, margarine molle, etc.).

Faites attention à ne pas rester trop statique. Ne restez pas cloitré au bureau à l’heure de la pause en vous contentant de manger des chips ou du fastfood. Sortez pour marcher un peu !

Activez-vous à la maison en vous occupant à ramasser les feuilles, à enlever la neige à votre entrée ou à faire d’autres tâches. Vous pourriez vous attacher à un partenaire d’entrainement ou faire du sport dehors en vous abonnant à la gym, à un cours de danse ou en vous entrainant sur une chaine d’entrainement en ligne.

Envisagez la psychothérapie

Selon une étude, la psychothérapie ou la thérapie cognitivo-comportementale traiterait efficacement la dépression saisonnière, avec un impact prolongé. Vous pourriez l’essayer en sollicitant les services d’un spécialiste pour préserver votre santé mentale et physique.

Utilisez les huiles essentielles

Les huiles essentielles ou l’aromathérapie en général permettent de remédier à la déprime due au manque de lumière et à d’autres maux comme le stress ou l’anxiété. L’huile est produite à partir de certaines plantes telles que l’ylang-ylang, le néroli, la verveine, l’encens oliban et la marjolaine.

La réflexologie et/ou la méditation comme solution

La réflexologie et la méditation sont des solutions pour lutter contre la dépression saisonnière. Vous plongez dans un moment pour vous, de bien-être qui vous sera bénéfique. Chaque jour, prenez le temps de méditer quelques minutes.

Pour la réflexologie, vous pouvez évacuer votre angoisse ou mélancolie en appliquant un point de pression au centre de votre main, entre le deuxième et le troisième métacarpe.

Optez pour la médication

La médication peut être un recours à la dépression si après tous vos efforts ou toutes les autres solutions, vous vous sentez toujours dans le gouffre de la mélancolie saisonnière. Votre médecin pourra vous prescrire des antidépresseurs en fonction des symptômes.

Publié le

L’écoanxiété, qu’est-ce que c’est ?

L’ecoanxiété est un terme né à la fin des années 1990 pour désigner la situation de mal-être ou un genre de culpabilité que ressentiraient des personnes devant les crises environnementales et les changements climatiques. Le contenu de cette notion doit être distingué d’autres concepts proches.

L’éco-anxiété plus en détail

L’éco-anxiété est une situation que vit une personne éco-anxieuse qui a tendance à nourrir une inquiétude face aux prévisions sur les catastrophes écologiques telles que la dégradation de la biodiversité, la pollution des océans et de la planète, la déforestation ou la disparition des glaciers. Il s’agit d’une anxiété par anticipation qui s’enracine et persiste par une prise de conscience des conséquences immédiates et à venir du dérèglement climatique, des effets souvent amplifiés et aggravés par les associations et organisations écologiques.

Cette notion doit être distinguée de la solastalgie, terme employé pour la première fois parle philosophe de l’environnement Glenn Albrecht. Le concept fait référence à la santé mentale des habitants de la Hunter Valley, une région australienne affectée par l’industrialisation et la présence de mines à ciel ouvert. Il renvoie à une anxiété ou à un malaise face à une situation irrémédiable, perdue ou accomplie. Cela est différent de l’éco-anxiété qui traduit la crainte d’un événement avenir.

De la nature pathologique de l’éco-anxiété

Selon le docteur Alice Desbiolles, épidémiologiste et médecin en santé publique, l’éco-anxiété est un état psychologique plutôt qu’une maladie, mais cet état psychique peut rendre la victime malade. Il est donc vital de maitriser ce stress et de le surmonter éviter de s’en laisser affecter.

Il peut toutefois arriver que cette angoisse persistante soit pathologique. Dans ce cas, la souffrance morale est devenue trop forte, exigeant un soutien psychologique. Ce mal peut souvent conduire à la dépression.

Les victimes de l’éco-anxiété

Selon des enquêtes, l’anxiété climatique est très répandue chez les jeunes adultes, dont la plupart ont très bonne connaissance des problèmes écologiques de la planète. Cette inquiétude est renforcée par le fait qu’ils subiront les impacts du dérèglement climatique au moment où ils seront dans la fleur de l’âge.

En outre, une grande fange de cette catégorie d’éco-anxieux est représentée par les jeunes femmes diplômées et vivant en majorité dans les villes. On peut comprendre que ces jeunes femmes issues de la classe moyenne ou de milieux favorisés aménagent leur mode de vie (voyage, consommation, etc.) pour s’aligner sur les principes de la préservation de la planète, au contraire de leurs parents.

Les classes populaires seraient moins touchées par le phénomène, elles qui adoptent un mode de vie peu destructeur de la planète. Si elle n’est pas la grande victime de l’éco-anxiété, cette catégorie subit par contre de plein fouet les conséquences du changement climatique.

Il faut préciser que cette anxiété n’est pas propre aux sociétés occidentales. Des tribus d’indigènes sur le territoire canadien ont été dominées par cette angoisse écologique au vu de leur environnement quasiment transformé, en lisière de l’Arctique.

La gestion de l’éco-anxiété

Chaque éco-anxieux doit apprendre à vivre avec son mal, les sociétés actuelles étant peu enclines à passer rapidement à la transition écologique. Pour ce faire, il faut regarder le présent en considérant sa vie d’aujourd’hui sans anticiper en permanence l’avenir.

Il n’est pas raisonnable de s’estimer trop responsable ou coupable de la situation climatique actuelle. Il convient de savoir gérer sa prise de conscience sans renoncer à la lutte pour la sauvegarde de la Terre.

Des solutions ou des pistes d’actions doivent être recherchées plutôt qu’une fixation sur des événements ou constats anxiogènes.